Vous êtes ici : Accueil » Dossier du mois » Se former en 2021

Se former en 2021

A l’heure de cette crise inédite qui a fait le boum de ces derniers mois et qui semble vouloir encore nous éclabousser cette année, le petit monde de la formation a fait un bond vers la digitalisation mais pas seulement  !

2020 a été l’année où le digital s’est imposé radicalement dans nos usages professionnels. L’entrée en masse des nouveaux outils de travail à distance permet dorénavant d’accéder à presque tout, réunions, ateliers, salons, brainstormings, webinaires. Le télétravail s’est généralisé et il semble qu’il trouvera indéniablement une place durable, au-delà de la crise.  

Et la formation s’est aussi enrichie avec de nouvelles pratiques, de nouvelles habitudes, mais aussi de nouvelles compétences à développer.

Le TOP 10 des compétences / thématiques à cultiver en 2021

Pour les professionnels du tourisme, de la culture et des loisirs

Même si certaines restent incontournables d’une année à l’autre, l’année 2021 sera marquée par l’avènement de nouvelles compétences essentielles à cultiver, en lien avec plusieurs facteurs externes : l’essor du télétravail, la complexité croissante des environnements, la nécessité de trouver de nouvelles idées et de mieux travailler ensemble, l’évolution des attentes des clientèles… La montée en puissance des soft skills, que l’on pressentait, se confirme également.

  • La Coopération
  • Le management à distance
  • Délégué à la protection des données (lié au RGPD)
  • L’agilité
  • Le télétravail efficace
  • Le développement durable (pour ses offres touristiques mais aussi pour la RSE)
  • Le référencement vocal
  • Les clientèles de proximité
  • Le design de services et la créativité
  • Le storytelling et copywriting

Envie de cultiver vos compétences ? Découvrez ici l’intégralité de notre catalogue de formations 2021.

Pourquoi se former ?

Qu’on se le dise, un projet de formation offre de réelles opportunités aux structures en proposant à ses salariés des formations stratégiques et réalistes en phase avec les orientations générales de l’entreprise.

Le Plus, c’est une véritable source de motivation pour les salariés ! On ne le dira jamais assez mais se former amène une vraie montée en compétence sur son poste. Cela permet de s’adapter aux évolutions de l’entreprise, d’obtenir un diplôme ou une certification, de se réorienter, de consolider sa carrière et même d’obtenir une promotion !

N’oublions pas enfin que l’entretien professionnel est obligatoire tous les 2 ans afin d’envisager les perspectives d’évolution professionnelles et les formations adaptées.

Comment financer sa formation ?

1. Le plan de développement des compétences

Depuis le 1er janvier 2019, le plan de développement des compétences a remplacé le plan de formation (Source Emploi.gouv.fr). Il permet aux salariés de suivre des actions de formation à l’initiative de leur employeur, dans le cadre d’un objectif professionnel précis, une évolution des compétences sur le poste …

Pour vous aider à monter et faire vivre son Plan de développement des compétences, regardez en replay notre webséminaire dédié.

2. Le dispositif Pro A

Il est réservé au salarié et lui permet une évolution / une reconversion au sein ou en dehors de l’entreprise par l’alternance. (Source : Emploi.gouv.fr).

Le Plan de développement des compétences et le dispositif Pro-A sont des actions de formation principalement à l’initiative de l’employeur et prises en charge par l’opérateur de compétences (OPCO) dont dépend l’entreprise.

Tout salarié peut bénéficier de financements, vous retrouverez le détail des informations de prises en charge sur le site de votre Operateur de Compétences (OPCO). Par exemple les Offices de Tourisme iront consulter le site de l’AFDAS qui est l’Opco de branche des Organisme locaux de Tourisme.

3. Le Compte Personnel de Formation (CPF)

C’est un compte individuel permettant de cumuler des droits à la formation professionnelle tout au long de sa carrière. Chaque individu est ainsi libre de suivre une formation de sa propre initiative, avec ou sans l’accord de l’employeur, en utilisant son CPF. Ce compte est alimenté de 500€ par an (plafonné à 5000€). En savoir +.

4. Le CPF de transition professionnelle

Ce compte salarié était financé par le FONGECIF jusqu’en 2019. A partir du 1er janvier 2020, les CPIR – Commissions Paritaires Interprofessionnelles Régionales – remplacent le FONGECIF pour financer les projets de reconversion. En savoir +

5. Congé de reclassement

Les formations dans le cadre d’un reclassement suite à un licenciement économique (Congé de Reclassement) sont financées par l’OPCO dont dépend l’ancien employeur.

6. La VAE

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) d’un salarié est prise en charge par l’entreprise si elle fait partie du Plan de développement des compétences. Si elle est à l’initiative du salarié, elle peut être prise en charge par le compte personnel de formation (CPF).

Collecte des contributions

La procédure pour obtenir la mise en place du nouveau système de collecte des cotisations pour la formation professionnelle s’effectue depuis le 1er janvier 2019 d’après cette planification :

Source (Movinmtion.com)

En 2020, la collecte est intervenue au cours de l’année de versement des rémunérations.
Les Opco ont collecté la nouvelle contribution formation due sur les rémunérations 2020. Ce nouveau dispositif met fin à la collecte avec un an de décalage.

Les principes de versement d’avances sur les contribution légales formation de l’année en cours sont adaptées pour l’année 2021 avant le transfert de la collecte aux Urssaf en janvier 2022.

  • Une collecte identique pour les entreprises de 11 salariés et plus
  • Un acompte en septembre pour les entreprises de moins de 11 salariés

L’objectif  avec ce système de collecte mensuelle via l’Urssaf est d’arriver au plus tard le 1er janvier 2022   à un nouveau système de redistribution des contributions des entreprises au titre de la formation professionnelle :

Et la taxe d’apprentissage ?

Vient s’ajouter au taux pour la formation professionnelle celui de la taxe d’apprentissage. Le taux est de 0.68% de la masse salariale.
La contribution globale pour la formation professionnelle et l’apprentissage est donc :

  • Entreprise de moins de 11 salariés : 1.23% (soit 0.55% + 0.68% au titre de l’apprentissage).
  • Entreprise de plus de 11 salariés : 1.68% (soit 1% + 0.68% au titre de l’apprentissage).

Article rédigé par Annick Sartre

diam risus libero. Lorem leo et, tristique quis risus. Aliquam felis odio