Vous êtes ici : Accueil » Dossier du mois » La RSE pour mon Office de tourisme ? Même pas peur !

La RSE pour mon Office de tourisme ? Même pas peur !

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE pour les intimes) est un mot qui fait peur. “Pas le temps, pas les moyens, quel lien avec le tourisme ? etc.”, les objections sont nombreuses. Et quand ils osent franchir le pas, les OGD et entreprises touristiques sont souvent un peu perdus.

Pour passer ce cap et engager votre Office de tourisme, mais aussi l’ensemble des parties prenantes de votre destination, dans la démarche nous avons interrogé Sabine Thomas, consultante et formatrice RSE qui nous livre ses conseils pratiques.

Pourquoi s’engager dans la RSE ?

La notion de responsabilité est à la base du développement durable et de la prise de conscience écologique moderne. Il s’agit d’organiser les sociétés de façon à préserver les ressources de l’environnement, tout en répondant à nos besoins économiques et sociétaux.

On pourrait dire que la RSE c’est” la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société”.

Aujourd’hui, la RSE est devenue un sujet majeur pour les entreprises, les collaborateurs et les consommateurs. 37% des salariés considèrent que l’éthique est un sujet prioritaire pour leur entreprise (+ 4 points depuis 2019). En 2021, la question n’est donc plus de se demander s’il faut changer, mais comment il faut changer ! Ne pas opérer la transition vers le tourisme durable et responsable, c’est ne pas s’adapter. Rappelez-vous de la transformation digitale…

Une courte vidéo de retours d’expérience pour ceux qui n’auraient pas suivi… 

Le tourisme ne pourra continuer à exister que s’il est durable. La RSE est essentielle et stratégique

Virginie Carton, Directrice générale adjointe OT de la métropole de Lyon

Quels bénéfices pour ma structure et ma destination ?

Les changements pour s’engager dans une démarche RSE sont parfois difficiles à entamer, mais ils se révèlent dans 100 % des cas bénéfiques et valorisants :

  • créer de la valeur partagée pour toutes les parties prenantes
  • valoriser son image, gagner de nouveaux marchés et fidéliser une clientèle de plus en plus en demande de transparence et consciente des enjeux écologiques 
  • offrir une meilleure expérience Client
  • réaliser des économies (factures d’eau et d’énergie par exemple)
  • favoriser la qualité de vie au travail de ses collaborateurs
  • En gérant mieux ses risques et ses dépenses, votre structure gère également mieux son avenir et peut plus facilement avoir un regard à long terme sur l’emploi par exemple. Un positionnement rassurant tant pour les clients que pour les salariés et les partenaires et les élus.

“RSE et rentabilité sont tout à fait compatibles”

Lionel Jarmasson, Directeur associé & Designer chez Canopée

Quelle méthode pour engager mon OT dans la RSE ?

Il y a 1001 manières d’aborder la RSE dans le tourisme, secteur particulièrement impacté et impactant. 

L’Office de tourisme – lieu facilitateur, lieu de rencontres et d’échanges entre socioprofessionnels de la destination – paraît être à une échelle pertinente pour porter cette mission. Les missions de promotion, d’animation, de développement, peuvent être des leviers forts pour répondre à l’impératif d’intégration du développement durable dans les filières touristiques locales. D’abord en interne et en parallèle, avec les partenaires et toutes les parties prenantes.

Etape 1 : Définir le “pourquoi ?”

En préalable de la définition de toute stratégie,  il faut se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que cela fait partie d’un projet de territoire, de destination ? Y-a-t-il un enjeu local précis ?
  • Cela correspond-t-il à une stratégie de l’office de tourisme ou plutôt à une attente des visiteurs de ma destination ?
  • Cela peut-il conduire au développement de nouveaux services ? A l’acquisition de nouvelles parts de marché ?
  • Quels bénéfices Clients sont recherchés ?

Etape 2 : Réaliser un état des lieux de l’existant

On oublie trop souvent de se questionner sur l’existant, sur les bonnes pratiques déjà adoptées en interne.

  • Quelles sont les bonnes pratiques du secteur dans lequel mon Office évolue ?
  • Quel est le degré de maturité de mon OT pour cet engagement ?
  • Quels sont les éco-gestes déjà intégrés au quotidien dans le fonctionnement de l’Office ?
  • Comment est ressentie la Qualité de vie au travail par les salariés ?
  • Comment évaluer la capacité d’engagement des sous-traitants et de mes partenaires en matière de RSE ?

Bref, il s’agira de comprendre votre activité et ses impacts, à l’aide d’outils d’analyse d’impact (Betterfly, ADEME…). L’AFDAS permet également aux offices adhérents de mesurer le degré de maturité en RSE de leur structure grâce à un auto-diagnostic.

💡 Les questionnaires visiteurs sont des bons outils pour évaluer l’image, les besoins et les attentes de ses clientèles sur sa destination en matière de tourisme durable.

Etape 3 : Définir sa stratégie et son plan d’actions RSE

Cette définition doit être réalisée en partenariat avec l’ensemble des parties prenantes : collaborateurs / fournisseurs / prestataires/ partenaires /voisins/ habitants…

La RSE est une démarche de progrès, avec des axes d’engagements et des priorités qui nécessitent de mobiliser tous les acteurs concernés. Si vous avez une démarche éthique mais que vos fournisseurs ou vos hébergeurs ne l’ont pas du tout, cela peut poser un problème de convergence, non ? 

“On essaie d’encourager nos visiteurs à de bonnes pratiques. Dans une logique de crédibilité, il était évident que notre propre structure du Pal devait avoir un impact le plus faible possible sur son environnement.”

Guillaume Picard, Responsable pédagogique et d’animation Le Pal Parc animalier et Parc d’attraction

Etape 4 : Construire et partager les outils

Indicateurs, grille de critères, charte d’engagement…le choix ne manque pas. Plus vous les prioriserez avec ceux qui les utiliseront, plus vous créerez de l’adhésion au projet. En effet, vos critères doivent rester réalistes et accessibles (toujours la démarche de progrès).

Etape 5 : Communiquer en interne et en externe

Il faut mettre en communication ce que l’on fait déjà pour montrer que les choses ont un sens, pour maintenir la dynamique et l’engagement des équipes et des parties prenantes sur la destination, pour fidéliser les clients.

L’Office de tourisme se doit d’être honnête et transparent, de dire ce qui marche, les difficultés rencontrées, ce sur quoi il travaille et les engagements qu’il prend.

Côté offre, il s’agira de valoriser vos séjours et produits responsables sur vos différents supports. Ne vous limitez pas à la simple bannière ‘Tourisme durable” et communiquez plutôt autour des “bénéfices Clients”.

Comment embarquer les pros dans l’aventure ?

On ne rappellera jamais assez que le tourisme durable et la RSE ne relèvent pas de la pensée magique ! Ce sont des démarches de progrès sur des enjeux importants qui demandent de s’adapter au changement; l’application et l’appropriation de ces ancrages sur le territoire sont la clé.

💡 Notre conseil : n’attendez pas d’avoir convaincu tous vos pros dès le départ. Vous pouvez démarrer avec un petit groupe convaincu et mobilisé qui deviendront de véritables ambassadeurs.

“Pour les Offices de tourisme, il est judicieux de commencer par les hébergeurs car ce sont des socio-professionnels leviers.

Jérôme Lay – Office du tourisme du Seignanx


Nos conseils pour aider les prestataires de votre destination à se lancer dans la démarche RSE :

√ J’accompagne individuellement et en continu les socio-pros pour améliorer la qualité de l’offre (l’existant) tout en les rassurant : tout ne sera pas réalisé tout de suite ! “A petit pas, long chemin”!

√ Je ne saute pas sur la reconnaissance par un label (ECOLABEL européen, La Clé verte, Gîte Panda, Station Verte, ATR..) chaque chose en son temps ! Vous pouvez cependant vous en inspirer en simplifiant les référentiels pour accompagner tous les hébergeurs, par exemple, voire créer votre propre charte avec des indicateurs.  

√ On définit un projet en co-construction : animer son réseau de partenaires et initier des rencontres entre socioprofessionnels pour les conseiller et les orienter est une dynamique nécessaire :  mise en place d’un club, d’une charte d’engagement, d’un programme de formations, d’une boîte à outils pour partager des valeurs et des critères communs…

√ J’évalue l’impact de sa stratégie. Les indicateurs porteront sur les actions, la sensibilisation faite, la mise en place d’une culture collective qui facilite les échanges avec la collectivité et au fil du temps sur les écolabellisés.

En définissant clairement puis en déclinant les valeurs de mon territoire, en co-construisant l’offre avec mes partenaires et prestataires, je vise à ce qu’elles infusent dans l’ensemble des produits et activités de ma destination. 

🎙 Témoignage de Jessica Bruyère qui raconte l’engagement de l’Office de Tourisme de Porte de DrômArdèche dans le tourisme durable et la RSE.


S’engager dans une démarche RSE est essentiel pour que le métier perdure dans de bonnes et belles conditions et assure ainsi son futur comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs» ( rapport Brundtland de 1987)

Pour aller + loin :

Les formations et rendez-vous Trajectoires Tourisme

Les ressources :

Article rédigé par Anne Sarles

libero. non libero pulvinar Donec porta. dolor in