Vous êtes ici : Accueil » Dossier du mois » Confinement #2 : pas de bis repetita !

Confinement #2 : pas de bis repetita !

Et c’est reparti ! 

Honnêtement c’est la première chose que l’on s’est dit à l’annonce du nouveau confinement national. On se voyait déjà recalculer le rayon des 1km possible autour de nos domiciles, s’exaspérer devant un rayon de pâtes vide, embarquer tous nos dossiers de travail jugés urgents mais aussi ceux pour plus tard ne sachant pas combien tout ça allait durer cette fois-ci, enchaîner les lives à distance, réadapter le calendrier des formations Trajectoires Tourisme déjà impacté quelques mois plus tôt… 

Et puis finalement, quand la douche froide est passée (ou le coup de massue, la foudre, la bûche…appelez ça comme vous voulez), on a pris deux secondes pour faire le point. Non ce n’est pas exactement comme avant. Déjà parce que l’on peut travailler plus sereinement en sachant que nos chères têtes blondes poursuivent avec un semblant de normalité leur scolarité à l’école. Et puis, parce que ce n’est finalement pas notre premier confinement et que l’on ne repart pas d’une feuille blanche cette fois-ci. 

On a déjà tous expérimenté une autre communication auprès de nos clients, une adaptation de nos offres en peu de temps, un accompagnement différent à destination de nos partenaires et socio-professionnels. Et même si la situation est très difficile, les musées et sites de visite ont entrepris de prolonger la découverte via les technologies du virtuel, les restaurateurs ont adopté plus largement la livraison à domicile, et les petits commerces ont emboîté le pas à la grande distribution en mettant en place le système du click & collect. On a gardé nos récentes habitudes des outils digitaux pour garder le lien avec les collègues, pour faire des visios à gogo, ou pour faire voyager ses clients depuis leur canapé. Nos sites web contiennent encore des pages FAQ spéciales COVID pour gérer les questions de réservation et remboursement de voyages. 

On ne va pas vous mentir : ce reconfinement n’a emballé personne au sein du collectif Trajectoires Tourisme. Pourtant, on appréhende ce nouveau défi avec beaucoup plus de sérénité, d’organisation et d’agilité. Et comme lors de la première vague, on a choisi d’accompagner du mieux que l’on puisse tous les professionnels du tourisme, de notre Région et d’ailleurs. Nous restons persuadés que l’accès à la connaissance et à la formation, le développement des compétences techniques et comportementales sont des investissements essentiels pour la performance des organisations, aujourd’hui, et aussi à court, moyen et long terme, mais aussi pour l’épanouissement personnel et professionnel des individus.  

Pour ce faire, tout le collectif  poursuit sa mobilisation et ses efforts pendant ce nouveau confinement à travers plusieurs actions concrètes qui démarrent dès aujourd’hui : 

L’adaptation au format digital des formations qui s’y prêtent, prévues initialement en présentiel jusqu’à la fin de l’année 2020.
Voir la programmation 100% à distance
La programmation de nouveaux ateliers gratuits de 45 min sur le thème « L’art de minimiser le travail inutile ». 
Pour s’inscrire et accéder aux replays des ateliers
Un webséminaire “Tourisme virtuel : où en est-on en 2020 ?” le 18 novembre à 11h.
Pour s’inscrire et revoir en replay les webinars précédents

Et vous, professionnels du tourisme, OT, musées, sites touristiques, hébergeurs, restaurateurs, collectivités… que pourriez-vous faire pour traverser cette nouvelle période de confinement autrement ? 

En avril dernier, nous avions rédigé un article intitulé “Que faire pendant ce confinement pour gagner du temps dès la reprise ?” qui semble intemporel au vu de notre quotidien aujourd’hui. Toutefois, convaincus que ce nouveau confinement ne pourra pas être un simple bis repetita dans nos missions professionnelles, nous avons eu envie de partager de nouvelles idées d’actions à mener : 

1/ Ne dupliquez pas votre stratégie de confinement n°1 

Cette idée est largement partagée par de nombreux médias. Le blog Etourisme le conseille tout particulièrement pour l’accompagnement des socios-pros. « Ne prenez pas le temps de tous les appeler ou recenser leurs besoins par l’envoi d’un Google Form ! Votre rôle en tant qu’OGD à ce stade dans cette crise sans précédent, est de faire en sorte que vos prestataires touristiques ne stagnent pas dans la phase du « traumatisme », du « je baisse les bras » mais basculent en phase 2, celle de « l’espoir » et du « dynamisme » au plus vite ». 

Le duplicata est également à prohiber dans sa ligne éditoriale. Le premier confinement a pris fin en mai dernier, il est donc certain que votre communauté se rappelle des posts que vous aviez publiés, des tutos recettes partagés, des jeux que vous aviez peut-être lancés.  De plus, votre communauté a comme vous déjà une première expérience de confiné. Il est donc certain que leur taux d’exigence quant à votre capacité d’adaptation et de réactivité est accrue par rapport à la première vague.

Mais alors comment trouver de nouvelles idées me direz-vous ?  

En faisant de la veille bien sûr, mais surtout en vous posant les bonnes questions : qu’estce que vos fans, vos partenaires, vos clients ont envie, besoin de voir aujourd’hui ? A quel moment sont-ils le plus connectés ? Par exemple, le fait que les enfants vont cette fois-ci à l’école toute la semaine vous dispensent peut-être d’imaginer des jeux à faire pendant la semaine, et d’en proposer plutôt sur le temps du weekend.  

Quelques bonnes idées repérées sur la toile en ce début de confinement :  

2/ Adoptez la méthode agile dans vos gestions de projet  

Nous ne sommes pas devins. Le 1er janvier dernier, nous n’aurions pas imaginé être confinés 2 fois de suite (d’ailleurs qui connaissait ce mot avant mars ?). Insouciants de ce qui allait nous arriver, nous avons continué notre train train professionnel, posant des objectifs pour l’année 2020, lançant des projets ambitieux (nouveau site web, amélioration de notre offre, digitalisation de nos pratiques…) pour lesquels nous avions fixé des échéances strictes.  

Et puis, les confinement n°1 et n°2 sont arrivés, percutant avec fracas tous nos projets et nos calendriers. Sur cela, d’autres idées nous sont arrivées, d’autres paramètres sont rentrés en compte, les comportements et attentes de nos clients ont évolués ou se sont accélérés. Que faire de tout ce qui avait été fait ou engagé ? Tout recommencer à zéro ?  C’est là qu’on s’est dit « Et pourquoi ne pas passer à une méthode de projet plus agile ? ».  

Parce que finalement, « la méthode agile n’est rien d’autre qu’un réajustement face aux réalités de la vie : notre environnement change en permanence, les gens changent d’avis, les choses évoluent, de nouvelles idées émergent et les priorités sont bouleversées. » (Source 1min30) ».  

Mais en quoi çela consiste ? C’est adopter une gestion de projet par itération, c’est-à-dire une répétition de cycles d’opérations, qui permet de compléter, d’affiner, de modifier, d’enrichir son projet en cours de route, pour au final donner au bout de quelques semaines ou quelques mois le produit définitif.  

En simplifiant, cela revient à : 

1. Lister en équipe toutes les choses à faire dans un projet 

2. Mettre en ordre, prioriser tous ces éléments 

3. Définir les échéances de livraison intermédiaire du projet 

4. Récolter les retours d’expérience de ses utilisateurs (internes ou externes) 

5. S’interroger sur comment améliorer encore plus le produit 

Et recommencer jusqu’à aboutir à un produit / service / offre définitif.  

(Extrait de l’atelier Trajectoires Tourisme “Le monde bouge, les compétences” – septembre 2020 ).  

Nous avions d’ailleurs interrogé en septembre dernier un expert de l’agilité sur les questions de nécessaire adaptation au changement. Lire l’article.

3/ Soyez créatifs et uniques 

Dans vos posts sur les réseaux sociaux, dans vos newsletters, dans vos articles de blogs, dans vos mails même génériques, dans vos brochures papier. On ne le dira jamais assez :  démarquez-vous !  

Ok, mais concrètement, comment être créatif et unique ? En racontant des histoires, votre histoire, et en abandonnant définitivement les formules déjà toutes faites. Les gens ont besoin d’authenticité, de singularité pour s’attacher à votre marque, pour ressentir de l’émotion. En un mot, utilisez au maximum les techniques de storytelling pour vous démarquer dans le brouahaha médiatique et pour transformer vos lecteurs en clients. 

De plus, contrairement à la première vague de confinement, la tonalité des discours sur les réseaux sociaux semble être différente. Les messages très pessimistes se font plus rares au profit de « l’action – réaction ». Le maître mot, qui revient beaucoup dans les médias, c’est le terme RESILIENCE. Autrement dit, c’est la capacité à ne pas se décourager, à continuer à vivre et se développer, en dépit de l’adversité. 

Un positionnement à étudier pour sa marque, afin d’apporter un peu de joie, de bonne humeur, de solutions concrètes à l’heure où les réseaux sociaux et l’actualité générale se réduisent très souvent à un flux continu de morosité et de colère.  

4/ Misez de plus en plus sur le local 

Consommer plus local, découvrir sa région plutôt que prendre l’avion pour aller visiter un autre continent, préférer les petits commerces aux géants de la distribution, être attentif à son impact écologique…Toutes ces pratiques ne peuvent plus être catégorisées de phénomène de l’année.   

Au contraire, il s’agit bien de comportements qui vont très certainement se pérenniser dans le temps et vont faire partie intégrante du tourisme d’aujourd’hui et de demain. Alors n’attendez plus pour : 

  • Valoriser les produits de votre territoire dans votre boutique, vos supports de com, vos offres 
  • Repenser votre stratégie d’achat 
  • Intégrer vos locaux comme une clientèle à part entière et plus uniquement comme l’opportunité du moment.  

5/ Prenez le virage du digital 

A ce stade-là, ce n’est même plus prendre le virage, c’est clairement rentrer sur l’autoroute du digital ! En 2020, il n’est désormais plus envisageable de diffuser l’information seulement à travers les mails. De concentrer ses réunions uniquement en présentiel, ou encore de croire que l’expérience client n’est possible qu’en face à face.  

Pour vous aider à y voir plus clair dans l’éventail des outils digitaux, nous vous avons concocté notre sélection des outils numériques pour collaborer à distance mais pas que. Testés et approuvés.  

Voir notre boîte à outils pour travailler et collaborer à distance

6/ Ne remettez pas tout à demain 

Avec ce que nous vivons, nous serions bien tentés de dire « là, ce n’est vraiment pas le bon moment ».  Mais le bon moment c’est quand exactement ? C’est quand toutes les planètes seront alignées ? C’est quand on aura tous les moyens humains, financiers, temps pour entreprendre tel ou tel projet ? C’est quand le covid sera enfin éradiqué (blague !) ? 

Cela fait beaucoup de cases à cocher avant de se lancer, non ? Parce que l’on ne sait pas ce que demain sera fait, adaptons-nous dès maintenant. Maintenons tout ce qui peut être maintenu, adaptons les formats quand c’est possible, anticipons ce qui peut être déjà fait, priorisons les dossiers. 

 Bref, continuons d’avancer !   

justo et, luctus Curabitur venenatis, libero. id, ante. elementum neque. mattis tempus